Le Plan d’action 2035 d’Hydro-Québec : un plan historique

10


Publié pour le magazine Constas, 31 janvier 2024

On peut lire l’article ici.

Entretien avec Claudine Bouchard, vice?présidente exécutive et cheffe de l’exploitation et des infrastructures d’Hydro?Québec

Quand on se penche sur le Plan d’action 2035 d’Hydro-Québec, on ne peut s’empêcher de penser aux grands projets de la Révolution tranquille.

« Nous développons notre réseau électrique par phases depuis 50 ans et nous sommes arrivés à un moment stratégique, qui nécessite des investissements massifs pour faire face à la crise climatique », lance d’entrée de jeu Claudine Bouchard. Constas fait le point avec la vice-présidente exécutive et cheffe de l’exploitation des infrastructures d’Hydro-Québec.

Par Stéphane Desjardins

Claudine Bouchard mentionne que, depuis l’électrification des régions dans les années 1970, puis l’explosion des banlieues des années 1980, le réseau ne cesse de croître. Il a aussi vieilli. Et il doit affronter des épisodes de verglas et de vents forts de plus en plus violents et récurrents.
« Le volet le plus important du Plan d’action 2035 d’Hydro-Québec vise à répondre à la croissance de la demande, ce qui nécessitera des investissements estimés à 90–110 G$ d’ici 2035, commente-t-elle. Avec l’électrification des maisons et des transports, le Québec sera de plus en plus dépendant de l’électricité. »

De plus, Hydro-Québec prévoit investir jusqu’à 50 G$ d’ici 2035 afin d’assurer la fiabilité et la qualité du service. Ces fonds permettront, entre autres, de réduire le nombre de pannes de 35 % d’ici 7 à 10 ans.

« On envisage, par exemple, des poteaux en composite, plus robustes, à des endroits précis, pour éviter les impacts en cascade. On prévoit des conducteurs protégés par des membranes pour éviter de petites pannes lorsque la végétation touche les fils. » — Claudine Bouchard. Photo : Poteau en composite CR : © Photo Hydro-Québec

Résilience

Le Plan prévoit deux axes. Le premier sera de remplacer les équipements existants par une combinaison de solutions. « On envisage, par exemple, des poteaux en composite, plus robustes, à des endroits précis, pour éviter les impacts en cascade, révèle-t-elle. On prévoit des conducteurs protégés par des membranes pour éviter de petites pannes lorsque la végétation touche les fils. »

Claudine Bouchard parle aussi d’enfouissement, un sujet médiatiquement épineux. « Nous allons adopter de nouvelles façons de faire, moins coûteuses, comme de coucher les fils dans un lit de concassé en sous-sol au lieu de faire appel à de grosses canalisations de béton, par exemple. »

La société d’État va aussi massivement intervenir sur la végétation, qui provoque entre 40 % et 70 % des pannes, selon les régions et la topographie. Ce travail se fera en collaboration avec les municipalités et les citoyens.

Transition

Le deuxième axe du Plan est celui de la transition énergétique. « L’an dernier, la moitié de l’énergie consommée au Québec provenait de sources fossiles, qui génèrent des GES, dit-elle. Pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050, on doit migrer vers l’électricité, ce qui exige de la capacité supplémentaire.»

Claudine Bouchard souligne qu’ils visent des économies d’énergie équivalant à 1 800 MW de puissance. À ce titre, Hydro-Québec a déjà sa filiale HILO, qui vise une prise en charge efficace de la domotique. La société d’État doit convaincre la population de faire appel à ses services, reconnaît-elle.

S’ajoute la tarification dynamique : « On doit inciter nos clients industriels et résidentiels à moduler davantage leur consommation en fonction des périodes de pointe. On bonifiera des offres, comme celles des thermopompes, et on intensifiera les conseils offerts en efficacité énergétique pour les clients d’affaires. »

« Hydro-Québec a l’ambition de tripler la capacité de production éolienne afin de combler des besoins de puissance à hauteur de 1 500 à 1 700 MW. » — Claudine Bouchard. Photo : Un parc éolien. CR : © Photo Hydro-Québec

Éolien

Mais l’efficacité énergétique ne suffira pas. « On doit augmenter la capacité de production et tout est sur la table, reprend-elle. On fera appel à l’énergie solaire, mais cette filière est peu efficace sous nos latitudes. Nous regardons aussi du côté des batteries, dont la technologie est en plein essor. »

La combinaison de ces technologies est déjà implantée dans de petites communautés isolées, comme à Quaqtaq, où le pétrole est encore roi pour produire du courant.

Hydro-Québec a l’ambition de tripler la capacité de production éolienne afin de combler des besoins de puissance à hauteur de 1 500 à 1 700 MW. Toutefois, l’éolien a ses limites puisque c’est une source d’énergie intermittente, tout comme le solaire. De plus le stockage des batteries n’excède pas 4 heures, ce qui est inférieur à nos périodes de froid. C’est pourquoi nous avons absolument besoin d’une source d’énergie fiable comme l’hydroélectricité.

Centrales

Autre sujet d’intérêt : Hydro-Québec entend construire de nouvelles centrales hydroélectriques, y compris des centrales à réserve pompée, outre l’option de rééquiper les centrales existantes avec de nouveaux groupes turbine-alternateur, qui apporteront 2000 MW de puissance supplémentaire.

Sur ce point, Claudine Bouchard insiste sur le principe d’acceptabilité sociale. « Notre travail, c’est de trouver le meilleur projet en collaboration avec le milieu, les municipalités, les différents groupes dans la société, y compris les autochtones. On travaille dans une optique de réconciliation et de partenariat économique. La culture d’entreprise n’a plus rien à voir avec les années 1960. Toute la société a évolué; Hydro-Québec aussi. »

« 5 000 km de nouvelles lignes de transport seront requis, ce qui représente un effort colossal sur le front de la main-d’œuvre. D’ailleurs, il est estimé que la réalisation des projets de construction d’Hydro-Québec d’ici 2035 mobilisera 35 000 travailleuses et travailleurs de la construction par année en moyenne. » — Claudine Bouchard Photo : la ligne Micoua-Saguenay CR : © Photo Hydro-Québec

Main-d’œuvre

Enfin, 5 000 km de nouvelles lignes de transport seront requis, ce qui représente un effort colossal sur le front de la main-d’œuvre. D’ailleurs, il est estimé que la réalisation des projets de construction d’Hydro-Québec d’ici 2035 mobilisera 35 000 travailleuses et travailleurs de la construction par année en moyenne.

« On entend travailler avec l’ACRGTQ, l’industrie de la construction, le gouvernement et les municipalités pour changer les pratiques afin d’innover sur les chantiers, décloisonner certains emplois pour mousser productivité et agilité. C’est un défi énorme, mais surmontable si tout le monde embarque dans ce projet stratégique pour la décarbonation de l’économie », conclut Claudine Bouchard. ?

10 recommended
80 views
bookmark icon