Avez-vous besoin d’une assurance solde de carte de crédit pour vous protéger de la fraude?

61


Publié sur le site web du Journal de Montréal, 17 février 2024

On peut lire l’article ici.

Plusieurs institutions financières offrent une protection contre la fraude, sous la forme d’une «assurance solde de carte de crédit»

Votre institution financière vous offre une protection contre la fraude, sous la forme d’une «assurance solde de carte de crédit»? Laissez faire.

On vend cette protection en cas de fraude, d’invalidité ou de perte d’emploi. C’est en apparence rassurant. Mais c’est loin d’être avantageux pour le consommateur. Comme les offres varient selon l’émetteur de la carte de crédit et que leur libellé s’apparente souvent à du charabia, il est difficile de réellement y trouver un avantage.

«Normalement, quand une carte de crédit est fraudée, on bénéficie des protections prévues à la Loi sur la protection des consommateurs (LPC), explique Sylvie De Bellefeuille, avocate chez Option Consommateurs. Le montant maximal imputable au client, en cas de fraude, est de 50$, à moins que la personne ait été négligente, par exemple dans sa manière de gérer son NIP.»

Autrement dit, si votre carte est volée ou clonée et que le pirate effectue 1500$ de transactions avant que votre institution financière ne vous contacte ou bloque la carte, au pire, vous ne paierez que 50$. Et, souvent, vous ne paierez rien.

Pourquoi, alors, se doter d’une assurance solde de carte de crédit?

Couverture partielle

D’autant plus que ce type d’assurance ne couvre que le paiement minimum à effectuer sur la carte. Si, par exemple, votre limite est de 2000$, l’assurance ne remboursera que 80$, soit le paiement minimum de 4%.

Certes, votre dossier de crédit ne sera pas affecté, mais vous continuerez de payer l’intérêt. Il vous faudra 11 ans et six mois pour rembourser le solde, après avoir payé 2022,96$ d’intérêt, indique le calculateur de l’Office de la protection du consommateur (OPC).

«Ce type d’assurance ne remplace pas un revenu en cas d’invalidité ou de perte d’emploi, ajoute Mme De Bellefeuille. Et elle ne couvre qu’une carte à la fois.»

De plus, l’assurance carte de crédit s’accompagne souvent de nombreuses exclusions. Vous serez par exemple couvert en cas de cancer, mais pas si vous avez un AVC ou si vous venez de dénicher votre emploi. D’autres contrats prévoient un plafond quant au montant de la prestation, qui ne sera payée que pendant quelques mois.

«Il faut s’informer sur les inclusions et les exclusions: lisez les petits caractères, reprend Sylvie De Bellefeuille. Certains consommateurs paient pour un risque pour lequel ils ne sont pas couverts!»

Meilleure protection

Si vous vous inquiétez de ne pas pouvoir rembourser votre carte de crédit en cas d’invalidité, le meilleur moyen est de vous doter d’une protection offerte par un assureur vie. Celle-ci protégera vos revenus: vous assumez ainsi tous vos engagements financiers, pas juste vos dettes de carte de crédit.

Enfin, certains croient qu’ils sont protégés de la fraude par Equifax ou TransUnion, les deux multinationales responsables de votre dossier de crédit. C’est faux. Ils ne font que surveiller votre crédit.

Il se vendrait environ pour 700 millions de dollars d’assurance solde de carte de crédit annuellement au pays.

Ça coûte cher

L’assurance solde de carte de crédit n’est pas donnée.

L’assurance solde de carte de crédit est calculée selon le montant total du solde courant de votre carte. La tarification varie de 0,49$ à 1,29$ par tranche de 100$ de dette, avec une moyenne de 0,95$.

Ainsi, pour un solde de 1000$, la prime moyenne coûte environ 9,50$ par mois, ou 114$ annuellement, plus taxes. Votre indemnité s’élèvera à 50$ par mois, ou 600$ au bout d’un an.

La prime représente, dans les faits, des frais annuels d’environ 12%. Et si vous n’acquittez pas le solde de votre carte, vous paierez aussi des intérêts calculés en fonction du taux prévu à votre contrat, habituellement 19% ou plus.

Autre exemple: si la prime coûte 1,20$ par tranche de 100$ et que votre solde totalise 2000$, votre prime mensuelle est de 24$. Or, votre indemnité (qui couvre le solde minimum de 4%) sera de 80$. Voulez-vous payer une protection de 24$ pour protéger 80$?

Et à ce prix, vous ne remboursez pas le solde au complet…

CONSEILS

  • La meilleure manière de vous protéger est de vous doter d’un fonds d’urgence, même si vous êtes serré. Par exemple, 20$ par paye, à 3% d’intérêt, vous permettra d’accumuler 1630,22$ au bout de trois ans (avec les intérêts composés), ou 6055,46$ au bout de 10 ans. Tant qu’à dépenser 1,20$ par 100$ de solde sur votre carte de crédit, mettez ce montant de côté dans votre CELI. En quelques mois, vous aurez constitué votre fonds d’urgence, qui est censé couvrir tous vos besoins financiers pour une période de trois à six mois.
  • Vous pouvez activer le service d’alerte de sécurité chez Equifax et TransUnion, qui se déclenche dès que quelqu’un tente d’accéder à votre dossier de crédit.
  • Vous pouvez aussi geler votre crédit chez Equifax ou TransUnion: cette mesure, gratuite, empêche quiconque d’accéder à votre dossier de crédit, donc d’ouvrir un compte de banque ou d’obtenir une carte de crédit en votre nom. Mais vous devez désactiver ce gel pour obtenir du crédit.
  • On ne le dira jamais assez: ramenez votre solde de carte de crédit à zéro chaque mois.
  • De la lecture de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada
61 recommended
572 views
bookmark icon