Avoir la bonne assurance voyage quand on sort du Québec, c’est vital

86


Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 2 juin 2023

On peut lire l’article ici.

Avez-vous l’assurance voyage appropriée pour votre prochain périple? Des vérifications s’imposent pour éviter les cauchemars.

Vous avez certainement lu dans ces pages le cas de cette dame «retenue» dans un hôpital de Punta Cana parce qu’elle ne peut payer une facture qui atteint les 100 000 $. L’assureur Croix Bleue du Québec refuse de payer la facture.

Pourquoi? Parce que la dame n’a pas indiqué à l’assureur qu’elle avait une «condition préexistante», c’est-à-dire un problème de santé permanent. Avant de partir, dès que vous magasinez de l’assurance voyage, n’hésitez pas à déclarer TOUS vos problèmes de santé et médicaments que vous prenez.

Pas sorti du bois au retour

Et si vous croyez que votre retour à Montréal vous protégera contre une créance d’hôpital à l’étranger, détrompez-vous.

«Évidemment, si vous devez 500 $ à un médecin du Viêt Nam, il abandonnera probablement ses démarches pour recouvrir son argent… à moins que le pays ne vous laisse pas repartir. Ça s’est vu», explique Moscou Côté, président de l’Association des agents de voyage du Québec.

«Si vous évitez de payer une facture salée aux États-Unis et que l’hôpital obtient un jugement contre vous, il engagera un avocat canadien qui le fera homologuer ici, poursuit-il. Puis, un huissier pourra saisir vos biens ou votre maison et vous aurez 30 jours pour payer…»

Les détails sont importants

Nombreux sont les voyageurs qui sont mal ou surassurés pour le voyage. La couverture en assurance collective de leur employeur ou de leur carte de crédit fait souvent amplement le travail.

Par contre, certains détails font toute la différence entre une couverture adéquate et une histoire d’horreur.

Par exemple, l’assurance collective ou celle de votre carte de crédit ne couvre pas nécessairement la durée complète de votre périple (une à deux semaines, normalement) ni tous vos proches. Si votre conjoint ou vos enfants ne logent pas à la même adresse que vous, ils ne sont vraisemblablement pas couverts. Vous devrez donc contracter de l’assurance complémentaire.

L’assurance de votre employeur ou de votre carte de crédit couvre-t-elle des frais médicaux pour au moins un million de dollars, le rapatriement en avion-ambulance, les frais de subsistance de vos proches (hôtel, nourriture, déplacements) s’ils doivent rester plus longtemps que la durée initiale du voyage, si vous êtes hospitalisé? Il faut vérifier.

Enfin, et c’est méconnu: êtes-vous couvert par la RAMQ? Plusieurs Québécois ont oublié de renouveler leur carte, ont passé plus de 183 jours à l’étranger ou sont récemment de retour après avoir été expatriés pendant des années. Sans couverture de la RAMQ, oubliez l’assurance voyage…

Et c’est téméraire de voyager sans assurance. Aux États-Unis, une soirée aux urgences pour un bras cassé coûtera 30 000 $ US. Pour une opération cardiaque, on approche facilement les 800 000 $ US.

CONSEILS

  • Si vous utilisez l’assurance de votre carte de crédit, TOUTES les dépenses du voyage doivent être effectuées avec cette carte (y compris le dépôt).
  • Vous ne devez pas avoir de retard ou dépasser la limite de la carte de crédit dès le premier achat relié au voyage (le dépôt, par exemple). Sinon, vous n’êtes pas assuré!
  • De la lecture de l’Autorité des marchés financiers ici.
86 recommended
705 views
bookmark icon