Sept tendances sur le marché du travail

27


Publié dans E-Première, 16 mai 2023

On peut lire l’article ici.

Intelligence artificielle, plateformes, infobésité et autres réorganisations des chaînes d’approvisionnement : l’évolution des milieux de travail s’est accélérée dernièrement. Les effectifs doivent constamment rebondir pour s’adapter et c’est singulièrement anxiogène. C’est le constat que fait Marie-Claude Pelletier, présidente de Global Watch, membre du Réseau des Femmes d’affaires du Québec et fondatrice d’une firme qui s’est donné la mission d’améliorer la santé mentale au travail de manière durable. Comment ? En vulgarisant la connaissance scientifique et en développant une communauté de pratique internationale formée d’universitaires. Voici les conclusions qui se dégagent de l’exercice de sa pratique.

Fatigue « Elle est grande chez les dirigeants et chefs d’entreprises, constate-t-elle. Ils doivent assurer la continuité des opérations malgré des contraintes importantes. C’est encore plus évident chez les femmes. La charge émotionnelle additionnelle vient jouer dans notre rôle naturel d’être plus empathique. Tout cela augmente les risques affectant la santé mentale. »

Engagement  La deuxième tendance concerne le sens de l’engagement au travail. On a largement documenté le phénomène du présentéisme avant la pandémie. Avec la COVID, il y a maintenant celui de la « Grande démission », ou démission silencieuse.  « Les gens sont dans une quête de sens et d’engagement au travail, commente-t-elle ; ils réévaluent désormais pourquoi ils s’échinent à contribuer au succès de leur employeur. Les gestionnaires doivent positionner l’entreprise avec une marque employeur forte, nourrir un climat de collaboration et de bienveillance et susciter des liens sociaux forts entre collègues.»

Dispositions et obligations au travail, voici les nouvelles règles de la CNESST

Agilité Les entreprises doivent s’adapter au mode hybride, mais aussi valoriser l’équité et l’autonomie ainsi qu’encourager l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle.

Inclusion Les nouvelles générations se préoccupent de neurodiversité, de diversité de genre et d’inclusion. La diversité est une richesse qui bénéficie aux entreprises, mais elle entraîne une personnalisation des approches et une certaine humilité culturelle. Les solutions passe-partout ne marchent plus.

Responsabilité Les incivilités, le harcèlement et les divers types de violence ont augmenté avec la pandémie. Il s’agit d’une tendance que les employeurs doivent prendre au sérieux : ils doivent préciser les comportements inacceptables, se former et développer les connaissances appropriées. Les nouvelles lois ont d’ailleurs imposé des responsabilités aux employeurs à ce chapitre.

Écologie

L’écoanxiété ne doit pas être prise à la légère. L’entreprise doit être en phase avec les préoccupations de ses effectifs, notamment les jeunes. « Les changements climatiques ne sont peut-être pas la faute des employeurs, mais dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, les employés s’attendent à ce que le patron pose des gestes concrets sur plan climatique ou environnemental. »

27 recommended
306 views
bookmark icon