Pourquoi les primes d’assurance auto grimpent-elles autant?

51


Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 25 mars 2023

On peut lire l’article ici.

Assurer sa voiture coûte de plus en plus cher. Et vous n’y pouvez rien. Mais vous avez des options pour limiter certains dommages… financiers.

• À lire aussi: Les impacts moins connus des rénos sur vos assurances

• À lire aussi: Faut-il avoir le même assureur pour le véhicule et la maison?

Une lectrice nous écrit qu’elle magasine le renouvellement de son assurance automobile.

« J’ai une voiture Hyundai Elantra 2017 achetée neuve et je n’ai que 51 000 km au compteur, écrit-elle. Mon mari est le conducteur principal et il fait la navette quotidienne vers son travail (8 km aller-retour). Nous roulons entre 8000 et 9000 km par année. »

Notre lectrice et son mari, qui ont tous deux 59 ans, sont assurés avec la même compagnie depuis trois ans. La dernière réclamation qu’ils ont faite concerne leur pare-chocs avant et remonte à plus de 15 ans.

Habituellement, Madame subit une augmentation annuelle d’environ 50 $. Mais, cette année, elle est de 168 $. Prié de s’expliquer, son assureur lui répond que : « Tout augmente, on n’y peut rien ».

Une réponse qu’elle n’accepte pas.

Malheureusement…

Malheureusement pour elle (et pour nous), l’assureur n’a pas tort.

Le coût de l’assurance dépend habituellement de critères liés au client. La marque, le modèle l’âge du véhicule, le sexe, l’âge, l’expérience de sinistre du conducteur, les lieux de résidence et d’utilisation du véhicule, le type de protection, le montant de la franchise…

Toujours plus gros

Mais certains facteurs influençant le prix sont, toutefois, hors de contrôle de l’assureur. La combinaison des changements climatiques, de l’inflation et de plusieurs autres facteurs a entraîné une tempête parfaite pour les assureurs et leurs clients.

Les véhicules sont de plus en plus gros et dotés d’une foule de gadgets qui font gonfler le coût des réparations. Lidars, caméras, capteurs, freins ABS, sacs gonflables, systèmes de conduite assistée ou de restriction de ceinture de sécurité, rétroviseurs chauffants et pivotants sont souvent la norme.

Le pare-chocs d’un modèle populaire coûtait entre 500 $ et 600 $ (pièces et main-d’œuvre) il y a dix ans. Aujourd’hui, c’est plus de 1000 $. Remplacer un phare d’une Toyota Corolla peut coûter 2000 $. Pour certains véhicules, ça monte à 6000 $ !

En conséquence, la prime moyenne d’assurance automobile est passée de 536 $ en 2011 à 775 $ en 2021 au Québec. Le coût moyen des sinistres (ce que paie l’assureur quand il répare votre voiture) est passé de 3882 $ en 2011 à 5918 $ pour la même période ! Si le nombre de sinistres a augmenté de 3,4 %, les coûts de réparation ont bondi de 11,2 %, selon HelloSafe.

« Les primes d’assurance automobile ont baissé pendant 10 ans jusqu’en 2015, explique Anne Morin, porte-parole du Bureau d’assurance du Canada (BAC). Nous sommes de nouveau dans un cycle haussier des prix de l’assurance auto. »

CONSEILS

  • Magasinez. Sollicitez au moins trois assureurs. Faites affaire avec un courtier qui, lui, transige déjà avec de nombreux assureurs. On finit toujours par trouver moins cher.
  • Passer d’une franchise (montant assumé par l’assuré en cas de réclamation) de 50 $ à 500 $ fait souvent une grosse différence sur les primes.
  • Votre auto prend de l’âge ? Revoir vos besoins ou installer un mouchard télématique dans votre voiture ou sur votre téléphone vous fera peut-être économiser. Discutez-en avec votre courtier ou votre assureur.
  • Un mauvais dossier de crédit se traduira par des tarifs moins avantageux.
51 recommended
531 views
bookmark icon