L’arrivée de la carte Scène+ inquiète plusieurs clients québécois d’IGA

7


Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 22 août 2022

On peut lire l’article ici.

La décision d’IGA d’abandonner Air Miles en faveur du programme Scène+ inquiète des consommateurs québécois.

Un grand nombre de clients ont communiqué avec moi pour faire part de leurs inquiétudes concernant cette annonce, qui remonte à la mi-juin, et qui ne brille pas par sa transparence.

Empire, la société mère d’IGA, a acquis le tiers de la propriété du programme de fidélité Scène (les autres copropriétaires sont la Banque Scotia et Cineplex). Au Québec, l’épicier veut éjecter Air Miles au début de l’an prochain.

L’annonce a fait des mécontents, car Air Miles permet notamment de faire des achats directement en épicerie ou d’obtenir des économies sur l’essence, des avantages qui intéressent des millions de consommateurs.

Des restos ontariens

Or, sauf pour Harvey’s, la carte Scène+ ne permet que de consommer dans des chaînes de restauration concentrées en… Ontario.

D’autre part, la carte Scène+ est honorée chez Cineplex, mais comme l’industrie québécoise du cinéma en salle est dominée par les indépendants et par Guzzo, Cineplex est absente dans de nombreuses villes.

« Ce changement confirme surtout que le programme Air Miles est moins généreux, avec 1 mille par 20 $ d’achat. Il faut accumuler beaucoup de milles pour pouvoir en profiter pleinement. Avec Scène+, 1 point égale 1 cent ; 10 000 points égalent 100 $ », explique Jean Maximilien Voisine, président de Milesopedia, un site de référence sur les programmes de fidélité et les cartes de crédit.

Perte d’altitude

Air Miles a récemment perdu de gros clients : RONA, Bureau en Gros et la LCBO, l’équivalent ontarien de la SAQ. Air Miles est encore offert chez Shell, mais au Québec ce réseau appartient à… Empire.

Signalons qu’Esso a choisi PC Optimum, un programme plus populaire qu’Air Miles, selon R3 Marketing et Léger.

Larguer Air Miles a du sens pour les détaillants, qui veulent désormais contrôler plus étroitement l’information sur les habitudes d’achat de leurs clients. À l’inverse, la Banque Scotia et Cineplex voulaient bonifier Scène+ en attirant un épicier, qui est très près des consommateurs.

Fin juin, le président de Sobeys, Michael Medline, a déclaré dans un communiqué qu’il sera « bientôt » possible d’utiliser Scène+ pour faire des achats en épicerie. Pourquoi ne pas l’annoncer officiellement dans les magasins ?

Conseils

  • On l’a souvent répété : les points bonis ne sont pas des REER, n’en accumulez pas des dizaines de milliers. Même si c’est interdit, les gestionnaires de ces programmes ont quelques astuces pour diminuer la valeur des points dans le temps.
  • Le meilleur des conseils ? Liquidez tous vos milles Air Miles d’ici les Fêtes, notamment chez Jean Coutu.
  • À mes yeux, les programmes de récompense les plus appropriés, surtout avec l’inflation, sont ceux qui permettent d’effectuer des achats en magasin ou des remises en argent.
  • Jean Maximilien Voisine suggère de se doter d’une des sept cartes de crédit Scotia disponibles associées avec le programme Scène+, qui permettra de bonifier ce programme de récompense.
  • Au moment de mettre sous presse, on pouvait encore acheter, avec des milles, des cartes cadeaux chez Sobeys ou IGA. Vos milles conserveront ainsi leur valeur.
7 recommended
77 views
bookmark icon