Avantages et inconvénients du micropaiement

39


Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 10 mai 2022

On peut lire l’article ici.

Achetez maintenant, payez plus tard. Les services comme AfterPay et PayBrite sont pratiques, mais pas sans risques.

Avant, on s’en servait pour acheter un sofa à 2000 dollars. Aujourd’hui, avec AfterPay (filiale d’Affirm), Klarna, Zip (l’ancien Quadpay), Sezzle ou Uplift (spécialisée dans les voyages), on peut s’offrir un iPhone à 1000 dollars, des souliers à 70 dollars et même un rouge à lèvres à 20 dollars, en quatre, six ou douze versements égaux, habituellement sans frais ni intérêt. Le premier paiement s’effectue à l’achat, les autres suivent chaque semaine, aux deux semaines ou au mois.

PayPal offre ce service aux États-Unis. Ici, la Banque CIBC propose Mon Tempo (6 à 24 versements mensuels, achats de 100 dollars ou plus, taux variant selon la durée). Desjardins vient de se lancer avec Visa, pour des offres de trois à six mois et des achats de 200 dollars et plus, sans frais ni intérêt.

Les Canadiens auraient magasiné plus de cinq milliards de dollars de biens et services l’an dernier de cette façon (prévisions de six milliards de dollars pour 2022). La croissance annuelle de ce mode de paiement est de 63,5 %, selon la firme Research and Markets. Au sud de la frontière, 39 % des Américains ont essayé le « Buy Now, Pay Later » en 2021.

Les avantages

La formule est avantageuse si vous devez effectuer une dépense urgente, surtout si vous manquez d’argent. Et les petits paiements sont faciles à absorber.

La plupart de ces services n’effectuent pas de vérification de crédit, ce qui n’affecte pas votre dossier de crédit.

Les inconvénients

Si vous sautez un paiement, certains services permettent de le reporter de quelques jours ou semaines.

Mais la plupart bloqueront vos achats futurs et imposeront de juteux frais administratifs et intérêts. Votre cote de crédit en souffrira.

D’ailleurs, selon un sondage de Credit Karma, 34 % des utilisateurs ont manqué au moins un paiement.

« C’est facile d’accumuler trop d’achats, de perdre le fil ou de s’endetter au-delà de ses moyens, surtout si on utilise plusieurs de ces services », souligne Sylvie de Bellefeuille, avocate chez Option Consommateurs.

Ainsi, en 2021, les deux tiers des utilisateurs américains disent avoir dépensé davantage que prévu avec cette formule, selon la firme LendingTree.

Les retours

Ça se complique si on n’est pas satisfait de son achat. Même en cas de retour, vous pouvez quand même être pris avec vos paiements, remboursement obtenu ou non. Et plusieurs de ces services ne désirent pas être mêlés à une dispute entre marchand et client, comme le précise AfterPay dans ses conditions d’utilisation.

Environ 36 % des clients ont d’ailleurs des problèmes à comprendre les mécanismes de résolution de problèmes de ces services, selon un sondage de 2021 mené par l’Agence de la consommation en matière financière du Canada.

CONSEILS

  • Question numéro 1 : en ai-je réellement besoin ? Question numéro 2 : aurai-je l’argent à la date du prochain paiement ?
  • Même si c’est ennuyant, lisez les conditions d’utilisation avant d’acheter.
  • Certains devraient privilégier leur carte de crédit, surtout si elle est à taux réduit, ou leur marge de crédit, dont les pénalités sont souvent moins coûteuses que celles du service par micropaiements.
39 recommended
277 views
bookmark icon