Consommateurs et assureurs aiment beaucoup la domotique

33


Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 13 mars 2021

On peut lire l’article ici.

Les assureurs accordent des rabais sur certaines technologies domotiques… qui ne couvrent toutefois pas les coûts d’acquisition.

Avec l’internet des objets, la domotique a le vent dans les voiles : on peut contrôler la sécurité, l’ouverture des rideaux, la température, la luminosité, débarrer la porte, observer les visiteurs, signifier aux intrus que l’on compose le 911 et même démarrer la cafetière, à distance, avec son téléphone ou sa tablette.

Bien des acheteurs de maisons neuves en profitent pour se doter d’un aménagement paysager cinq étoiles, d’une piscine, souvent creusée, et de la domotique dès la construction de leur maison. Puisque les taux d’intérêt sont historiquement au plancher, financer ces luxes ne coûte pas cher.

Quelle domotique ?

Certains systèmes permettent de générer des économies d’énergie ou d’assurance.

Mais la facture est-elle justifiée ?

Car il y a domotique et… domotique. Une bonne part des systèmes, installés au moment de la construction, améliorent avant tout le confort, comme les thermostats électroniques, les gradateurs d’éclairage, de stores ou de sonorisation, les serrures… Dans un contexte de « maison intelligente », plus besoin de contrôler tous ces composants un par un et ils sont programmables.

Par contre, les assureurs font une distinction entre les systèmes qui assurent votre confort et les autres, qui concernent la sécurité. Ils ne s’intéressent qu’aux seconds, et encore…

Le principe est simple : ces gadgets doivent diminuer la fréquence des sinistres, ou mitiger l’ampleur des dégâts, ce qui fait baisser les coûts de rénovation ou de ménage après sinistre.

La plupart des assureurs accorderont des rabais sur la prime d’assurance habitation, de 5 % à 10 % sur les couvertures incendie et dégâts d’eau, selon le type d’appareil et de contrat. Mais seulement si le système est relié à une centrale.

On parle surtout de technologies de prévention de dégâts d’eau (détecteurs de fuites, coupure automatique de l’alimentation, systèmes pneumatiques anti-refoulement) ou d’alarme. Certains détecteurs de bris de vitre, de fumée ou de monoxyde de carbone, ou sondes d’humidité ou de gel entraînent aussi des rabais…

Dans l’industrie de la sécurité, on affirme que le quart des propriétés sont dotées de systèmes d’alarme. Mais, chez les assureurs, on réplique que cette proportion est beaucoup moins élevée.

CONSEILS

  • Un rabais de 5 % pour un contrat d’assurance de 1000 $ représente 50 $ pour un système d’alarme qui aura coûté 1000 $. Or, une facture domotique complète pour un bungalow peut coûter, selon la superficie, la complexité et la qualité, de 1500 $ à 15 000 $, sinon plus. Sans oublier la facture pour être relié à une centrale (souvent quelques centaines de dollars annuellement).
  • Misez sur les systèmes filaires (Ethernet) plus fiables que le Wi-Fi du point de vue de la sécurité des données, et sur les alarmes cellulaires (plus besoin d’une ligne téléphonique résidentielle).
  • Ayez en tête que plusieurs systèmes domotiques sont désuets ou bout d’un an ou deux, même s’ils fonctionnent parfaitement.
  • Dans certains cas, les assureurs obligent à installer certaines technologies, comme les sondes d’humidité ou les interrupteurs d’alimentation en eau dans les condos.
33 recommended
770 views
bookmark icon