Les femmes sont plus prudentes

126


femmes patrimoinePublié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 5 mai 2017

On peut lire l’article ici.

De plus en plus de femmes ont de l’argent, beaucoup d’argent à investir. Mais elles doutent de leurs compétences. À tort.

Les réalités démographiques et sociales sont implacables. Alors que les baby-boomers arrivent à la retraite, les riches veuves et divorcées se multiplient. Leurs cadettes occupent de plus en plus d’emplois bien payés: elles ont une capacité d’épargne jamais vue dans l’histoire. Ainsi, les femmes contrôlent la moitié de la richesse américaine. Au Canada, elles représentent 43 % des détenteurs d’actifs de plus de 500 000 $.

C’est peut-être cliché, mais c’est la réalité: les femmes investissent différemment des hommes. Encore un autre cliché pourtant véridique: elles craignent davantage le risque et elles se font moins confiance que les mâles. Malheureusement. Leur patrimoine risque d’en pâtir, car la sécurité a un prix.

Par exemple, certaines se contentent de miser sur des placements qualifiés de pépères. Or, dans un contexte où l’inflation moyenne se situe entre 1,5 % et 2,5 % par année depuis des années, si votre rendement net est de 1 %, vous vous appauvrissez.

Parler rendement

Mais parler rendement rend les femmes mal à l’aise: l’industrie des services financiers est encore un domaine dont le langage reflète les valeurs masculines. Études et sondages confirment que les femmes s’intéressent avant tout à la sécurité, à la tranquillité d’esprit et à la confiance. Elles sont davantage motivées par les résultats à long terme que la performance. Ce que préconisent justement les plus grands investisseurs…

Par contre, même si elles ont une espérance de vie plus longue que les hommes, la vaste majorité des femmes épargnent moins, congés de maternité et discrimination salariale obligent.

Les femmes devraient se faire davantage confiance en matière de placements. Une étude américaine récente révèle que 80 % des femmes fortunées se considèrent comme investisseuses débutantes, contre 50 % des hommes. Elles sont pourtant habituées aux questions d’argent! Près de 60 % des Canadiennes manquent de confiance quand il faut investir (35 % des hommes).

Et seulement 9 % des femmes de la génération Y (nées entre 1978 et 1988) considèrent avoir les aptitudes pour gérer leur patrimoine.

Se poser des questions

Les femmes gèrent leurs placements avec prudence… parce qu’elles administrent habituellement un budget familial souvent très serré. Ce n’est pas un handicap, mais un atout, disent les spécialistes. Calme, discipline, préparation et détermination sont les attributs des investisseurs les plus célèbres, comme Warren Buffett.

Le meilleur moyen de maximiser le rendement de votre patrimoine, c’est de se connaître soi-même, de miser sur ses forces et de travailler sur ses faiblesses. Vous êtes épargnante ou dépensière? Allez-vous décaisser dans cinq ou 25 ans? Le risque vous empêche-t-il de dormir?

Enfin, les femmes pensent avant tout au bien-être de leur famille. Il est bon de miser sur soi de temps à autre… surtout pour gérer ses placements. 

CONSEILS

  • Croyez en vous!
  • Consacrez une heure par mois à acquérir des connaissances.
  • Avec votre conseiller, multipliez les questions, exigez des explications, démystifiez le langage de la finance.
  • Un portefeuille de placement diversifié, c’est le meilleur moyen de contrer le risque.
126 recommended
2126 views
bookmark icon