Étudiants, attention au crédit!

76


Capture d’écran 2015-09-01 à 21.30.33Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches,  2 septembre 2015

On peut lire l’article ici.

Le crédit, c’est pratique. Mais ça peut aussi devenir infernal. Surtout pour un étudiant.

C’est votre première rentrée de cégep ou d’université et vous tenez entre vos mains votre première carte de crédit. Une petite lumière rouge devrait clignoter dans votre tête.

Car un étudiant universitaire québécois sur deux a des dettes d’études (moyenne de 15 000 $) et 14 % en sont stressés, selon la FEUQ. Ajouter des dettes de consommation à ce fardeau risque de compliquer votre concentration pour le prochain examen…

Quand on est jeune, on a le désavantage d’être inexpérimenté. Mais, fort probablement, l’avantage d’avoir un dossier de crédit vierge. Comme 38 % des jeunes adultes apprennent à se servir du crédit grâce à leurs parents, selon la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ), une majorité d’étudiants n’ont jamais eu de «formation» dans le domaine. Comment, alors, s’éviter l’enfer de l’endettement? En ajoutant une activité parascolaire à vos études: crédit 101.

Réalisez vous-même votre propre plan de cours.

Premier item: le budget. Vous avez le choix de confectionner le vôtre avec un tableur ou d’aller en cueillir un sur le web: www.acefgp.ca – http://bit.ly/1wbEHu4 – http://bit.ly/1pxIDiX. Si vous commencez aujourd’hui, vous conservez cette discipline toute votre vie. Établir et maintenir un budget, c’est environ une ou deux heures de travail par mois. Mais ça permet de sauver des dizaines de milliers de dollars par année!

Ensuite, conservez vos factures et consignez toutes vos dépenses dans un tableur ou directement à votre budget, juste pour voir si vous le respectez. On est toujours surpris par l’ampleur de nos dépenses, surtout à des postes insoupçonnés.

Deuxième item: qu’est-ce qu’on met dans le budget? Outre les choses essentielles, comme le logement, la nourriture, le transport, les vêtements, on doit inscrire le remboursement des dettes (carte de crédit), le matériel scolaire, les livres, les loisirs, le cellulaire, l’impôt, etc. On tient compte de TOUTES les dépenses.

Troisième item: la carte de crédit. Comment s’en servir intelligemment? En l’utilisant seulement pour les urgences. Et en ramenant religieusement le solde à zéro AVANT la date d’échéance. Si vous pensez en être incapable, n’utilisez pas votre carte. Tout paiement en retard affectera votre dossier de crédit. Si vous vous contentez de payer le minimum indiqué à l’état de compte, vous allez vous enterrer dans les dettes et votre dossier de crédit sera aussi affecté, ce qui hypothéquera votre avenir.

Selon la CACQ, 30% des jeunes adultes québécois ignorent le taux de leurs cartes de crédit. Regardez votre contrat! Plus le taux est élevé, plus les retards coûtent cher. Évitez les avances de fonds avec votre carte de crédit: 42% des jeunes Québécois ignorent qu’un tel retrait entraîne le paiement d’intérêts!

Dernier item: vivez frugalement. Évitez les achats impulsifs: avez-vous vraiment besoin de ce vêtement ou ce gadget? Achetez usagé.

NOS CONSEILS

  • Définissez vous-même ce qu’est une dépense urgente avec la carte de crédit: un solde dans une boutique de vêtements, ce n’est pas urgent.
  • Évitez la possession d’une auto, facteur majeur d’endettement chez les jeunes.
  • Si possible, travaillez à temps partiel, mais sans affecter votre capacité à vous concentrer sur vos études.
76 recommended
1747 views
bookmark icon