Cimon Chapdeleine vise le mieux-être des familles

39


Publié sur le site web du Réseau M, 21 janvier 2020

On peut lire l’article ici.

Cimon Chapdeleine, orthophoniste, a lancé le réseau de cliniques MultiSens en misant sur une formule originale de multidisciplinarité.

«Je me souviendrai toute ma vie quand j’ai ouvert ma première clinique, lance Cimon Chapdeleine. C’était le 16 juillet 2013. Ce jour-là naissait mon premier enfant!»

MultiSens, qu’il a fondée avec la Dre Christine Turgeon, répond ainsi à un modèle d’affaires très original d’offrir sous un même toit sept disciplines : psychoéducation et éducation spécialisée, neuropsychologie, psychologie, orthophonie, ergothérapie, audiologie et médiation familiale. Mais ce qui distingue MultiSens, c’est que l’entreprise ne s’apparente pas au modèle d’une clinique traditionnelle : «C’est davantage un lieu de pratique professionnelle proche d’un espace de coworking multidisciplinaire, où on vise le mieux-être de chacune des familles qui nous confient leurs proches, explique M. Chapdeleine. De notre côté, on s’assure de l’épanouissement professionnel de ceux qui viennent travailler chez nous, qui ont un statut de travailleur autonome.»

MultiSens emploie cinq personnes, mais en regroupe une quarantaine au sein de cinq cliniques, à Rosemère (qui est aussi le siège social), Montréal, Saint-Laurent, Lévis et Québec. «On offre un large éventail de services, poursuit-il. On couvre le spectre de la vie au complet de notre clientèle, majoritairement des enfants d’âge scolaire, des jeunes adultes et aussi des gens en perte d’autonomie ou en perte auditive due au vieillissement.»

MultiSens offre des services d’audiologie avec une trentaine de partenaires externes, notamment auprès d’écoles, de garderies, de CPE, de CISS, d’OBNL, d’organismes de réinsertion socioprofessionnelle et d’audioprothésistes. Signalons que l’audiologiste évalue et traite les besoins sur le plan de l’audition, alors que l’audioprothésiste est davantage tourné vers l’appareillage.

«En neuropsychologie, on accompagne la famille dès l’identification et le diagnostic du trouble du spectre de l’autisme; on offre aussi l’évaluation clinique, poursuit M. Chapdeleine. En médiation familiale, nous retenons les services d’une travailleuse spécialisée.»

Dans la famille

Pourquoi Cimon Chapdeleine s’est-il lancé en affaires? «Je suis issu d’une famille d’entrepreneurs généraux en construction, dit-il. J’avais déjà cette culture. Et mes parents ont été, en quelque sorte, mes premiers mentors.»

Il a eu une révélation pendant ses études collégiales, alors qu’il travaillait à la Société de l’autisme et des TED de Laval, où il a vécu une première expérience professionnelle de relation d’aide avec une clientèle à besoins particuliers. Il y a pris goût.

Alors qu’une de ses professeures avait lancé un service d’accompagnement pour étudiants en difficultés dans certaines matières (il y a participé comme tuteur en mathématiques différentielles et intégrales), Cimon Chapdeleine s’intéresse aux sciences et se destine à l’orthophonie. Malgré le contexte familial, il ne cherchait guère à se lancer en affaires : «J’avais l’expérience paternelle derrière la tête et je ne me destinais pas à ce genre de vie, dit-il. Mais je désirais quand même être autonome. J’ai donc choisi une carrière professionnelle.»

Au bout de trois années de pratique au CHU Sainte-Justine, il réalise que ça ne colle pas. Il étudie alors en administration des organisations de santé et traverse trois autres années comme conseiller en gestion, toujours à Sainte-Justine, notamment à gérer le processus d’achat dans les fournitures. C’est à ce moment qu’il mijote son projet d’affaires : «Je voulais donner le bon service, au bon moment, à des professionnels qui s’assureraient du mieux-être et des besoins de la population», dit-il. Il consacre un an à peaufiner son projet d’affaires. Entretemps, une connaissance lui présente alors sa future associée. Quelques mois plus tard, ils ouvraient leur première clinique.

L’importance du mentorat

«Comme orthophoniste, je suis formé pour accompagner une personne et ses proches, dit-il. Comme entrepreneur, j’accompagne plutôt les professionnels qui s’occupent des clients et de leurs familles. Mes clients, ce sont donc les professionnels. Ça m’a demandé tout un ajustement. Le mentorat s’inscrit exactement dans ce processus, car le plus grand besoin d’un entrepreneur, c’est de se développer lui-même comme personne. Il doit pouvoir se questionner par rapport à son savoir-être, son savoir-agir, pour déployer le leadership nécessaire à l’accomplissement de son projet d’affaires.»

Cimon Chapdeleine affirme que la démarche mentorale lui a permis de s’épanouir comme entrepreneur. Il a d’ailleurs eu la chance d’avoir, pendant un an, une véritable vedette du Québec Inc comme mentor : Bernard Paquet, cofondateur de l’agence publicitaire Cossette. « Ce fut un catalyseur en termes de prise de conscience. Il me confrontait, mais tout en douceur. Ça m’a permis de me donner plus de confiance en mes moyens, comment accomplir et avancer avec l’équipe. Grâce à notre relation mentorale, j’ai fait la transition entre un professionnel et un dirigeant d’entreprise, entre un travailleur autonome et un gestionnaire. » M. Paquet est décédé en juillet 2019 et Cimon Chapdelaine a eu l’impression de perdre un deuxième grand-père.

À ses yeux, le mentorat fait partie d’une démarche essentielle vers la réussite en affaires : «On doit se donner les moyens d’être à la hauteur pour atteindre nos objectifs et assumer nos responsabilités d’entrepreneur», dit-il. Conséquemment, il poursuit des études de maîtrise en développement des organisations à l’Université Laval.

Pourquoi la France?

Cimon Chapdeleine participera à la Mission France 2020 organisée par le Réseau M. lui permettra donc d’identifier besoins, opportunités et partenariats éventuels, car Cimon Chapdeleine espère offrir des services de formation et d’accompagnement d’équipes d’intervenants et de professionnels en France ou à distance. «Nos approches sont très orientées vers la bienveillance et le support au quotidien, notamment en milieu de travail, dit-il. Elles sont bien reçues là-bas.»

Il constate qu’il existe beaucoup d’atomes crochus entre les professionnels qui travaillent chez MultiSens et leurs collègues français. «Les Québécois forment une microsociété dans un ensemble continental plus vaste, dit-il. On doit se débrouiller avec beaucoup moins de moyens. C’est dans notre culture d’être davantage créatifs dans nos approches.»

 

Cet article est une collaboration de Stéphane Desjardins.

 

 

3 QUESTIONS À

Cimon Chapdelaine

Que cherchais-tu à accomplir quand tu as décidé de recourir au mentorat?

Je voulais évoluer en tant qu’entrepreneur, de passer d’un rôle opérationnel à un rôle davantage stratégique, de m’outiller personnellement, de prendre conscience de ce que je suis pour continuer à évoluer comme entrepreneur.

Quel aspect de ta personnalité as-tu découvert grâce au mentorat?

De pouvoir prendre du recul par rapport à mes décisions en tant qu’entrepreneur, aussi face à mon statut de leader au sein de l’équipe.

Pourquoi as-tu choisi le mentorat comme forme d’accompagnement, ou qu’est-ce qui t’a convaincu d’avoir un mentor?

L’entrepreneuriat est un apprentissage humain. Dans ce contexte, la meilleure façon de vivre une transmission des savoirs, c’est de passer par l’humain. Le mentorat pour entrepreneurs, c’est justement cela : un accompagnement basé sur l’échange entre personnes, avec quelqu’un qui est « passé par là », qui a l’expérience entrepreneuriale.

39 recommended
425 views
bookmark icon