Préparez-vous à payer plus cher vos prêts

8


Publié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 25 octobre 2018

On peut lire l’article ici.

La Banque du Canada a augmenté son taux directeur hier, à 1,75 %. Des tas de gens vont souffrir davantage.

À une époque où un Canadien sur trois vit d’une paie à l’autre et que le ratio d’endettement moyen des ménages dépasse 169 % (ils doivent 1,69 $ pour chaque dollar gagné), chaque augmentation du taux directeur, aussi minime soit-elle, a des répercussions dramatiques pour des centaines de milliers d’emprunteurs.

Comment ça marche ?

C’est réjouissant de savoir que l’économie tourne à plein régime et qu’on vit une situation de plein emploi, n’est-ce pas ? La conséquence, c’est l’inflation (une hausse généralisée des prix et des salaires). Elle joue dans les 2 % depuis des mois. Or, la Banque du Canada a la responsabilité de juguler l’inflation pour éviter une surchauffe de l’économie (une inflation trop élevée diminue le pouvoir d’achat des consommateurs) en augmentant son taux directeur. Elle l’a fait cinq fois en 18 mois et a averti que de nouvelles hausses sont presque inévitables.

Le taux directeur, c’est le taux d’intérêt auquel les principales institutions financières se prêtent de l’argent entre elles pour une journée. Normalement, quand ce taux varie, les banques et les caisses populaires ajustent en conséquence les taux qu’elles appliquent aux hypothèques et marges de crédit de leurs clients. Ça coûte donc plus cher pour emprunter.

Moins de fric dans vos poches

Hier, la Banque du Canada a augmenté son taux de 0,25 point de pourcentage. Normalement, les institutions financières emboîtent le pas en quelques heures, haussant leur taux préférentiel (qu’elles accordent à leurs meilleurs clients). Le consommateur moyen, lui, paie un taux majoré en fonction de sa cote de crédit et de l’état de ses finances personnelles au moment où il a contracté son hypothèque, sa marge de crédit ou son prêt personnel.

Concrètement, une personne qui a un solde de 360 000 $ sur l’hypothèque de son condo, au taux de 4 % amorti sur 25 ans, a un paiement mensuel de 1893,67 $. Avec une hausse de 0,25 %, son paiement passe à 1942,78 $, soit une différence de 49,11 $.

Pour une marge de crédit de 30 000 $ à un taux de 10,5 % (échéance de 5 ans), le paiement mensuel passe de 641,51 $ à 645,07 $.

Vous estimez que ces hausses ne sont pas terribles ? Détrompez-vous. Je connais des conseillers budgétaires des ACEF qui vont avoir beaucoup de boulot dans les prochaines semaines, à épauler les gens qui seront pris à la gorge parce qu’ils n’ont plus les moyens de rembourser leurs dettes.

CONSEILS

  • Vous renouvelez bientôt votre hypothèque ? Si ce genre de hausse vous empêche de dormir, choisissez un taux fixe sur plusieurs années, car l’économie ne donne aucun signe de ralentissement.
  • Vous voulez acheter une propriété dans les prochains mois ? Demandez à votre banque une préautorisation de prêt qui gèlera votre taux sur plusieurs mois.
  • Vous êtes serré financièrement ? Faites-vous un budget ! Des outils gratuits pour ce faire sont disponibles au www.budgetenligne.net.
  • Utilisez la calculatrice hypothécaire de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada.
8 recommended
70 views
bookmark icon