Cette cheminée est importante pour protéger vos investissements

17


ramonagePublié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, section Dans vos poches, 2 novembre 2016

On peut lire l’article ici.

Pour éviter les feux de cheminée, faites-la ramoner chaque année. Si vous utilisez régulièrement votre foyer, cette dépense est nécessaire pour protéger ce qui est probablement le plus important investissement de votre vie.

C’est la saison des ramoneurs itinérants. Fuyez-les comme la peste! Ma conjointe s’est fait voler son chapeau de cheminée par de tels filous. Une de mes connaissances a subi un feu de cheminée parce que la brosse d’un ramo­neur itinérant est restée coincée et a été abandonnée sur place.

Le ramonage de cheminée est une affaire sérieuse. On utilise des brosses de taille appropriée, car aussi peu que 3 mm de créosote ou de suie représentent un risque d’incendie. À 2 cm, le risque est énorme.

Pour les conduits métalliques, la brosse doit être en nylon (car elle ne laisse aucun dépôt métallique ou corrosif sur la paroi); pour ceux en brique, elle est en métal.

Vous pouvez ramoner vous-même, mais c’est risqué, même si le toit n’est pas trop en pente.

Un bon ramoneur

Par contre, un bon ramoneur inspectera l’état du calfeutrage des solins, les supports, le conduit d’acier et ses boisseaux, les volets ou tuyaux d’arrivée d’air, les briques à feu et le chapeau de cheminée.

Il portera une attention spéciale aux raccords, où commencent souvent les feux de cheminée, ainsi qu’aux manchons reliant l’appareil à la cheminée. Il débusquera aussi les nids d’oiseau ou de petits animaux.

Vous pouvez aussi vérifier si votre installation est conforme aux normes, en confiant l’inspection à un ingénieur membre de l’Association professionnelle du chauffage (APC). Une telle inspection coûte 460 $ dans la région de Montréal et 900 $ à Québec. Mais un ramoneur ou un technicien certifié en ce sens par l’APC pourra l’effectuer pour moins cher. Exigez une attestation et vérifiez si elle sera acceptée par votre assureur.

En tout temps, votre ramoneur doit être membre de l’APC. C’est même exigé par certaines municipalités et, surtout, par votre assureur. Un contrat écrit constituera une preuve, pour votre assureur, que le travail a été exécuté par un professionnel.

Ce contrat doit comprendre le nom et les coordonnées complètes de la firme, ainsi que le numéro de permis de l’Office de la protection du consommateur (OPC) si le ramoneur sollicite la clientèle de porte en porte.

Entre 100 $ et 150 $

Normalement, un ramonage devrait coûter entre 100 $ et 150 $, selon l’appareil (poêle ou foyer en maçonnerie) et la cheminée. Par contre, la facture peut grimper si l’inspection révèle des défaillances. Il est déjà trop tard pour poser du calfeutrant ou du ciment, à cause du froid.

Enfin, assurez-vous que votre chapeau, qui comprend un pare-étincelles, est en bon état et qu’il est bien fixé pour résister au vent. Parfois, il faut ajouter une boîte de contour qui protège la cheminée des infiltrations d’eau. On parle ici de 300 $ et plus, selon la taille de la cheminée.

CONSEILS

  • Attention aux brossages trop énergiques dans les raccords prononcés (45° et plus).
  • Les bûches de ramonage ne sont pas efficaces.
  • Vérifiez si le ramoneur a eu une plainte de l’OPC: www.opc.gouv.qc.ca/consommateur
  • Brûlez du bois qui a séché au moins un an et qui n’est pas peint; évitez le papier glacé et les contenants de lait.
  • Si vous brûlez plus de six cordes de bois par hiver, deux ramonages annuels s’imposent.
17 recommended
377 views
bookmark icon