Un amour d’abri d’auto

31


TempoPublié dans le Journal de Montréal/Journal de Québec, 2 décembre 2013

On peut lire l’article ici.

Avant de s’acheter un abri d’auto temporaire de type Tempo, il faut vérifier avec le service d’urbanisme de votre municipalité.

Dans mon quartier, ce genre d’abri est interdit, mais pas pour les personnes handicapées, selon une décision d’octobre 2012 de l’Ombudsman de Montréal. Ailleurs, il faut respecter les dates d’installation ou d’enlèvement. À Saint-Lazare, c’est du 15 octobre au 15 avril. Un retard de 15 jours est toléré si votre abri est coincé dans la glace.

Certaines villes exigent un permis, comme à Dorval (10$). Ailleurs, on vous demandera un plan d’implantation et une lettre d’autorisation, comme à Repentigny (30$). Habituellement, un seul abri est toléré par résidence et l’utilisation commerciale est interdite.

De plus, les règlements spécifient que l’abri doit être à une certaine limite du trottoir, d’une borne fontaine ou d’un panneau de signalisation. À plusieurs endroits, les abris-maison sont interdits et le blanc est de rigueur partout.

Ignorer ou ne pas respecter la réglementation peut coûter cher : de 100$ à 1000$ pour une première infraction, comme le rapporte le magazine Protégez-Vous. Dans certaines villes, récidiver coûte 4000$!

De plus, il faut enlever la neige du toit de votre abri pour éviter un effondrement. Si elle tombe chez le voisin, il faut l’enlever. Le Journal rapporte une poursuite de 500$ gagnée en février dernier par un voisin excédé.

Quoi acheter?

Tempo n’est pas le seul fabricant et la prudence est de mise : achetez un modèle à la structure en acier galvanisé canadien; évitez l’acier chinois, moins solide. L’épaisseur des tubes compte. Une bonne structure durera à vie.

Les joints de la toile doivent être thermo soudés ou cousus au fil polyester/coton. Elle doit être laminée de chaque côté pour éviter l’usure et renforcée aux points de contact avec la structure. Exigez une protection UV, même si c’est difficile à vérifier, et une toile fabriquée ici (les toiles chinoises sont moins durables). Les oeillets doivent résister à la rouille. Une bonne toile devrait durer de sept à neuf ans.

Un abri standard de 11 X 20 pieds coûte entre 300$ et 650$. Une porte piétonne ajoute plus de 100$ à votre facture. Une location coûtera un peu plus de 300$, installation et démontage compris. Comptez de une à trois heures pour l’installer ou 75$ pour le faire faire par des pros.

Bien l’ancrer

À Repentigny, le 31 janvier dernier, une jeune femme s’est envolée en tentant de retenir son abri par une journée de grand vent. Elle a atterri chez le voisin pour finir à l’hôpital, a rapporté l’agence QMI! Il faut donc bien ancrer son abri. La plupart des villes interdisent les blocs de ciment, qui se transforment en obus lors de fortes bourrasques.

L’ancrage recommandé est de type « cavaliers » (habituellement fournis avec l’abri) avec clous en X, qui doit être retiré avec l’abri au printemps. Pour éviter de briser l’asphalte, on perce des trous d’un demi pouce avant de poser l’ancrage. Dans les zones de grands vents, les ancrages sont enterrés en bordure de l’allée pavée ou sous le pavé uni et liés à des sangles de fardiers. Coût : 25$ de l’ancrage plus 15$ l’installation.

Et n’oubliez pas de fermer les portes pour éviter les effets de parachute.

Nos conseils

• Privilégiez la forme arrondie ou un toit en forte pente

• Tubes : acier galvanisé canadien, calibre 0,16 mm, diamètre de 1 ½ po ou plus, emboitement de 3 po minimum

• Espaces entre arceaux métalliques : pas plus de 48 po

• Ancrages temporaires et permanents : oubliez les blocs de béton

• Lubrifiez vos encrages permanents

• Installez des bandes anti-vent : sangles robustes reliées à de longs piquets de métal aux quatre coins de l’abri

• Bien tendre l’abri (pas d’effet de poche) mais pas trop, pour éviter l’usure par frottement

• Choisir une toile résistante fabriquée ici )poids de 7,33 à 12 onces/v2 ) et des oeillets anti-rouille

• Oubliez les attaches autobloquantes en plastique (tie wrap) et vérifiez la tension et les boulons (joints des tubes) régulièrement

• Enlevez la neige sur le toit à chaque tempête

• À l’achat, avertissez votre assureur maison (généralement couvert pour les propriétaires)

 

31 recommended
464 views
bookmark icon