Maisons de rêve à vendre

19


Le Québec est un des rares endroits où l'on peut vendre à la fois le nautisme et le ski alpin.
La nouvelle classe de millionnaires chinois, russes et indiens apprécie particulièrement nos quatre saisons.

Le Québec a la cote chez les riches citoyens du monde

Vingt-neuf millions six-cent mille dollars. C’est le prix demandé par Céline et René pour leur maison de 24 000 pieds carrés de l’Île Gagnon, à Laval. Ce petit Versailles québécois (la comparaison est valide, vue la décoration…) n’est pas le seul manoir multimillionnaire à vendre au Québec. Et les acheteurs potentiels sont asiatiques, Européens et Américains.

La nouvelle classe de millionnaires chinois, russes et indiens apprécie particulièrement nos quatre saisons, la sécurité de nos villes (malgré les manifs récentes…) et les grands espaces à quelques minutes d’autoroute du centre-ville. Et, détail important : l’aéroport international Trudeau est tout près.

C’est ce que constate Cyrille Girard, une vedette du milieu très restreint des agents d’immeubles jet set québécois, qui est rattaché à la bannière Sotheby’s, une agence planétaire spécialisée dans ce marché. Sotheby’s, qu’on connaît pour ses spectaculaires encans d’oeuvres d’art ouverts aux grandes fortunes, s’est lancée dans l’immobilier aux États-Unis en 1976. À l’époque, le Québec n’était pas sur le radar de ses clients. Aujourd’hui, c’est une destination de choix.

« Le Québec est un des rares endroits où l’on peut vendre à la fois le nautisme et le ski alpin, dit-il. Et Montréal, qui est à 55 minutes de New York en avion, compte de grandes universités mondialement reconnues. Alors que Los Angeles, où il n’y a que l’été, est un peu excentrée par rapport à l’Europe. »

Ils sont donc plusieurs à acheter une grande maison ou un condo pour que leurs enfants puissent aller à McGill pendant que Monsieur joue au golf à Tremblant et Madame s’aventure chez Holt Renfrew. Certains oligarques russes se sentiraient aussi chez eux au Québec, car notre hiver ne les dépayse pas trop. Et ils aiment l’eau. Justement, le Québec compte un million de lacs, dont plusieurs privés…

M. Girard accumule les points aériens à la pelle avec les nombreux déplacements partout dans le monde afin de séduire une clientèle qui crache plusieurs millions pour une maison jamais visitée! Et l’an dernier, il a parcouru 55 000 km sur les routes de la Belle Province.

Les acheteurs qu’il veut séduire se déplacent souvent en jet privé. Ils apprécient les penthouses décrits dans la chanson de Diane Dufresne. Ou les manoirs patrimoniaux situés près de rivières à saumon ou pourvus de parcs privés manucurés avec soin, avec vues imprenables sur la nature environnante. Au Québec, une maison de grand luxe se détaille 5 M$ et plus. Il faut attendre six à douze mois pour sceller une vente.

N’achète pas qui veut. On enquêtera sur votre situation financière et on exigera un juteux dépôt non-remboursable. N’empêche, « quand je fais visiter la chambre à coucher d’une célébrité, je me sens intimidé », révèle Cyrille Girard.

« Tenez, l’autre jour j’ai fait visiter à un new-yorkais une magnifique maison de 6,5M$ construite en 1900 dans un oasis protégé situé à 30 minutes de Montréal : le parc National du Mont Saint-Bruno, dit-il. C’est peut-être cher, mais c’est un produit unique. » L’acheteur aura le privilège d’être voisin de Guy Laliberté et du célèbre entomologiste Georges Brossard.

M. Girard offre aussi un magnifique condo de 4000 pieds carrés sur trois étages au Sir Robert Peel, au centre-ville de Montréal. Prix demandé : 4,2M$, terrasse de 1500 pieds carrés, chandeliers en cristal et planchers de marbre italien inclus.

« Les condos sont plus faciles à vendre que les manoirs, car la courbe démographique fait en sorte que les acheteurs sont plus nombreux, dit-il. Du coup, les vendeurs de manoirs le sont aussi, car leurs enfants ont quitté le nid. »

À part les dictateurs en fuite, qui sont les acheteurs? « Oubliez les dictateurs. Dans les années 1980-90, j’ai vendu des propriétés à des grandes familles libanaises durant la guerre civile, poursuit-il. Des Chinois de Hong Kong se sont aussi acheté des  »polices d’assurance » québécoises au cas où la rétrocession de l’ancienne colonie britannique, en 1997, aurait mal tournée. Aujourd’hui, plus de la moitié de mes clients viennent de l’extérieur du Québec. Une bonne part sont des immigrants investisseurs. » Une propriété de plusieurs millions a le mérite de rendre attrayante une demande de citoyenneté. Même si les taxes et les frais d’entretien annuels se comparent au prix d’un condo moyen en vente à Brossard…

Westmount, vous vous en doutez, fait partie des endroits prisés par les acheteurs. Tout comme Hampstead, Senneville, Beaconsfield, l’Île-des-Sœurs et Outremont. Le Vieux-Montréal, aux charmes uniques en Amérique du Nord, est un excellent vendeur. Mais aussi le Plateau Mont-Royal, certains secteurs du boul. Gouin à Cartierville, l’ouest de Laval, Ville Mont-Royal et… l’Île Bizard, un nouveau territoire à la mode avec cinq des golfs les plus huppés de la région métropolitaine situés tout près. On y trouve la Closerie, le manoir de Pauline Marois, pour lequel Cyrille Girard demande 6,9M$.

Cela dit, la Vieille Capitale a ses charmes. Surtout le Vieux-Québec, Sillery, Sainte-Foy, Saint-Augustin, Lac-Saint-Joseph, Saint-Ferréol et Sainte-Pétronille, à la pointe de l’île d’Orléans. « Je viens d’obtenir 2,9M$ pour un appartement dans l’immeuble Georges V, un prix record pour Québec », ajoute Cyrille Girard.

En région, Knowlton et les rives du lac Memphrémagog dominent les palmarès. Suivent Tremblant, le lac Lachigan au nord de Saint-Jérôme, Cap aux Corbeaux, Cap à l’Aigle et Saint-Irénée dans Charlevoix… « Si ça vous intéresse, j’ai une propriété avec un terrain de 140 acres à Knowlton, mentionne-t-il. Sur la terrasse, on se croirait en Suisse! »

Cyrille Girard a bénéficié d’un article dans le New York Times pour l’ancienne maison du lieutenant Charles-Michel d’Irumberry De Salaberry (1778-1829), à Chambly, sur la rivière Richelieu : 2,9M$, trois salles de bains, terrasse en pierre de St-Marc. Le téléphone s’est aussitôt mis à sonner…

 

Encadré

Ces propriétés vous intéressent?

Un échantillon de propriétés de luxe à vendre au Québec

29,9 M$, Résidence Céline Dion – René Angelil, Laval

27 M$, Résidence TuLyons, Île Bizard

18 M$,Maison Percy Cowens, Mille Carré Doré (Montréal)

16M$, Waterfront Estate, Senneville

8,9 M$, 580, Ch. Desmarais, Lac Tremblant

8,9 M4, Tredilion Park, Lac Brôme

8,5 M$, Manoir à Sainte-Adèle

5,9 M$, 45, de la Vieille Rivière, Petite-Rivière-Saint-François

5,9 M$, Manoir, Austin

4,9M$, Manoir, Harrington

4,2M$, 930, Grande-Allée Ouest, Sillery

3,9M$, Île, Entrelacs

3,9M$, The Z House, Wentworth-Nord

3,9M$, 88, Ch. Du Cerf, Saint-Sauveur

3,8M$, 455, rue Hovey, North-Hatley

3,1M$, Condo au Ritz-Carlton, Montréal

2,9M$, 30, rue Robert-Cauchon, La Malbaie

2,9M$, Condo, Le Crystal de la Montagne, Montréal

2,9M$, 372, 4e Rang S., Lac-Simon

2,8 M$, 1, rang du Lac du Castor, Grandes-Piles

2,4M$, Manoir, Montebello

2,2 M$, Condo, 125, Dalhousie, Québec

1,9M$, Domaine Perron-Hamel, Saint-Félicien

Source : Sotheby’s Québec

19 recommended
903 views
bookmark icon